Les dernières délégations paranordiques font leur arrivée au village des athlètes: la Finlande, la Suède, la Biélorussie, l’Ukraine, la Corée du Sud, entre autre, manquaient toujours à l’appel.

Tous les coins du village s’animent. Les WI font des adeptes, les jeux d’arcades aussi tandis que les tournois de pool s’organisent. Mais tout ça, ça se déroule en soirée. Avec sept épreuves en huit jours, les athlètes paranordiques ont du pain sur la planche. Pas le temps de lésiner pendant la journée.

Les 54 athlètes canadiens forment la deuxième équipe plus grande équipe après la Russie.  Quinze d’entre eux font partie de l’équipe de ski paranordique: 11 skieurs et les 4 guides qui accompagnent les skieurs à vision affaiblie.

C’est tout un honneur pour moi de me retrouver parmi des athlètes d’exception tels que Brian McKeever – 11 médailles paralympiques et seul athlète canadien à s’être qualifié à la fois pour le Jeux paralympiques et olympiques – et Robbi Weldon – médaillée d’or en paracyclisme aux Jeux de Londres en 2012.

Pour ma part, je profite de la journée pour mettre le champ de tir et ma carabine à l’essai. Cette dernière m’a causée pas mal de soucis dans les semaines avant mon départ. Tout semble être en règle. Les tirs sont francs et précis. Fiiouu! Vu les conditions de la neige, il vaut mieux éviter la boucle de pénalité car elle se trouve en plein soleil. Elle sera sans aucun doute ravagée par les skieurs-luges le jour des courses.

En fin d’après-midi, les équipes sont conviées à la traditionnelle cérémonie d’accueil des athlètes au village de ski alpin. Pour s’y rendre, il nous faut redescendre la gondole jusqu’à Rosa-Khutor puis prendre un autobus et grimper la montagne voisine en suivant une route serpentine.

Les Canadiens sont un vrai hit! L’énergie qui se dégage de l’équipe mais surtout, nos magnifiques chapeaux de trappeur (que j’adore!) font tourner les têtes.

Le moment le plus touchant de ce grand pep rally en plein air c’est la remise d’un chapeau russe à tous les athlètes par un large groupe d’enfants, dont plusieurs avec des différences physiques. Quelle surprise! Quelle ouverture d’esprit de la part de la Russie. Quel beau moment…

On pouvait lire la joie dans les yeux de ces enfants. Celle de prendre part à cette grande fête mais celle aussi de donner. J’ai encore le coeur en compote et les larmes aux yeux rien qu’à y penser.

Le saviez-vous? Environ 575 athlètes provenant de 45 pays concourrent aux Jeux paralympiques de 2014. Les premiers Jeux de 1976 à Örnsköldsvik avaient accueillis 250 athlètes de 14 pays.