Malgré la pluie et le brouillard, j’ai obtenu ma meilleure performance au tir en contexte international aujourd’hui en réussissant 17 tirs sur 20 lors du biathlon 10 Km. Je suis très heureuse.

Je m’étais fixée l’objectif de réussir 80% de mes tirs à une course paralympique et c’était l’occasion de relever le défi. Mais je n’étais plus certaine après la séance de zérotage. En raison de la pluie,  mon appui-joue était très glissant ce qui voulait dire un atout de moins pour stabiliser la carabine.

Après 50 minutes de réchauffement, j’ai débuté la course complètement trempée. Les conditions étaient glacées par endroit et “slushy” à d’autres tandis que le brouillard dissimulait des parties du parcours.

Première sur piste puis dans le champ de tir, j’entendais la foule s’exclamer à chacun de mes tirs. J’ai été déstabilisée et j’ai raté les deux derniers tirs de cette ronde. Heureusement, une fois l’attention de la foule portée sur la performance de mes concurrentes russes, j’ai retrouvé ma bulle et je n’ai manqué qu’un seul tir au cours des trois autres rondes.

Mon rythme de tir est généralement plus lent que celui de mes concurrentes, notamment en raison de l’absence d’un membre résiduel du côté gauche. En bout de ligne, l’important est de se tenir loin de la boucle de pénalité!

Côté ski, j’ai eu du mal à tenir la piste. J’ai fait deux chutes sur la patinoire qu’était le stade en plus de réussir deux dérapages, dont un assez spectaculaire dans un virage. Je suis carrément sortie de piste entortillée dans mes skis, risquant ainsi une disqualification car je me suis retrouvée dans la piste opposée bloquant le passage à d’autres skieurs. Toutes ses chutes m’ont fait perdre du temps.

Beaucoup de place à l’amélioration, mais compte tenu des circonstances, je suis très contente de ma course.

Écoutez mon entrevue avec Signa Butler de CBC Sports.
Lire l’article publié dans LeDroit