Trois vols, 52 heures, une destination: Sotchi. Tout un périple!  On s’arrête à Francfort (Allemagne) puis à Istanbul (Turquie) avant de poser les pieds en terre russe à l’aube du 3 mars. L’équipe paranordique profite de 12 heures à Francfort pour vivre l’expérience des voyageurs élite d’Air Canada. Collations, breuvages, douches, aire de lecture, salles de détente, sauna… la belle vie quoi. On va Sotchi pourquoi encore?!

Le saviez-vous? Environ 8 280 Km et 8 fuseaux horaires séparent Ottawa de Sotchi.

On arrive à Sotchi en pleine nuit. L’aéroport renvoie les couleurs illuminées du logo officiel SOCHI.RU 2014. Malgré la fatigue, j’ai un regain d’énergie. Enfin arrivés! Mais surtout, je pousse un soupir de soulagement lorsque je vois débarquer mon sac de ski et ma carabine.

De l’aéroport, on se rend au centre d’accueil des Jeux où l’on reprend une rengaine bien connue: contrôle de sécurité, accréditation, étiquetage des bagages… c’est comme un retour à la case de départ. Partout des bénévoles arborent les couleurs festives et éclectiques des Jeux alors que les murs sont tapissés du logo et du populaire slogan “Hot. Cool. Yours.”

Bien qu’on les nomme les Jeux de Sotchi, il n’y a pas d’événements qui se déroulent dans la ville même. Le centre nerveux des opérations ainsi que le complexe côtier – soit les arénas de curling en fauteuil-roulant et de hockey-luge – se trouvent à Adler, à environ 30 Km au sud de Sotchi sur la côte de la Mer Noire. C’est également là que se déroulera la cérémonie d’ouverture.

De notre côté, il nous faut 45 minutes pour se rendre à Rosa-Khutor, une petite ville située au pied des montagnes qui accueillent les épreuves de ski. L’autobus qui nous y mène est “scellé” par les autorités russes afin de préserver l’intégrité de la zone de sécurité dans laquelle nous sommes entrés au centre d’accueil.

Une gondole nous hisse ensuite à 1500 mètres d’altitudes sur la crête de Psekhako dans la communauté de Krasnaya Polyana où se trouve le centre de ski et de biathlon et le village des athlètes paranordiques. On est au top du monde!