Je lance ici une série d'articles intitulée « mes lutins aidants » pour vous présenter les lutins et les fées que la vie a placés sur mon chemin. Vous verrez, ils sont magiques: ils sèment de la poussière d’étoiles et allument des destins.

Le lutin bâtisseur

Avril 2013. Nous sommes à moins d’un an des Jeux paralympiques de Sotchi. L’écart entre mes performances et celle de mes concurrentes est encore grand, mais je suis prête à tout donner pour me rendre à ces Jeux. C’est maintenant ou jamais! Je prends une bonne partie de l’été de congé sans solde afin de maximiser l’entraînement.  Malheureusement, je manque de sous et de temps pour en trouver…

« Allo Caroline, c’est Normand. J’ai envoyé des messages à tous mes amis Facebook, maintenant je m’attaque à LinkedIn. Graham, Benoît vont contribuer. Mardi, on rencontre des gens à Montfort. Tu vas voir, on va atteindre notre objectif. »

Mars 2014. Douze mois plus tard, mon site web affiche les noms des 250 donateurs corporatifs, institutionnels et individuels (surtout individuels!) qui ont répondu à l’appel de Normand Fortier. Cent-quatorze personnes sont inscrites au Club des 100 pour le courage. En lobbyant les membres de son réseau un individu à la fois, avec l’aide de sa fille Mona, Normand a réussi à amasser près de 25 000 $ afin de m’aider à réaliser mon rêve. Un véritable tour de force!

Tout au long du processus, j’étais sidérée.

En lobbyant les membres de son réseau un individu à la fois, Normand a amassé près de 25 000 $ afin de m’aider à réaliser mon rêve. Un véritable tour de force!

Ceux et celles qui connaissent Normand ne sont sûrement pas surpris ni même impressionnés par ces résultats. Moi, je l’étais. Jusqu’à ce moment, Normand était nul autre que le sympathique papa de mon amie Mona. Je connaissais sa réputation de bâtisseur communautaire (les Jeux du commerce, Place à la Jeunesse) mais je n’avais pas idée jusqu’où son attitude can do, son influence et sa détermination pouvaient mener.

Plusieurs gens influents de la communauté ont contribué à cette campagne. Feu Mauril Bélanger, l’honorable Madeleine Meilleur, Huguette Labelle, Jean-Pierre Kingsley, le Dr Bernard Leduc, pour n’en nommer que quelques uns. Mais on ne parle ici que d’une poignée de donateurs. Alors, qui était les autres? Une majorité d’anciens étudiants de l’école d’administration de l’Université d’Ottawa où Normand a enseigné plusieurs années. Et ça, ça dit tout sur le personnage.

À les voir et à les entendre, il est évident que ses étudiants lui vouent un respect, une admiration et un dévouement sans bornes. Je parle ici des Christopher Sisto, Sacha Imbert, Déric Dubien, Patrick Brizay… pour n’en nommer encore que quelques uns. Normand les a aidé à se construire. Il les a guidé sur le chemin de la réussite. Il leur a donné des ailes. Lorsque Normand prend le téléphone et sollicite leur appui, ils répondent en masse et sans hésitation.

Et moi, l’athlète paralympique en devenir, j’ai bénéficié comme par magie de toutes ces belles relations forgées au fil des ans parce que Normand a généreusement choisi de mettre son réseau à mon service. La vie m’a sourit lorsqu’elle a placé Normand Fortier sur mon parcours. Dans les moments difficiles, il m’a gardé dans le jeu moralement et financièrement, probablement sans le savoir. Il a été ma motivation, un modèle de détermination… un lutin tombé du ciel.

La vie m’a sourit lorsqu’elle a placé Normand Fortier sur mon parcours. Il a été ma motivation, un modèle de détermination… un lutin tombé du ciel.

Aujourd’hui, nous célébrons les 75 ans de Normand Fortier. Ses anciens étudiants ne seront pas surpris d’apprendre qu’il a généreusement choisi de transformer son party en cueillette de fonds pour m’aider à représenter le Canada aux Jeux paralympiques de 2018. Normand, je suis infiniment reconnaissante à l’univers de t’avoir mis sur mon parcours. Tu es magique!