Après une chaleur de printemps et de la pluie automnale,  l’hiver a refait surface au centre de ski de fond et de biathlon des Jeux. C’était tout blanc à notre réveil ce matin. La tempête a débuté pendant la nuit et s’est poursuivie toute la journée pour nous donner près de 30 cm de belle neige fraîche.

Ce n’est pas évident, toutefois, de skier sur de la neige folle qui n’est pas damée. Les participants aux épreuves de sprint y ont goûté; certains ont dû pousser fort pour se tracer un chemin jusqu’à la ligne d’arrivée.

Ce n’est pas mon cas toutefois. Mal-en-point pendant la nuit, j’ai été confinée à ma chambre aujourd’hui. Quel dommage. Le sprint est une épreuve énergisante qui réunit la communauté paranordique au grand complet. La majorité des skieurs, des plus débutants aux plus expérimentés, y prennent part.

Je me suis consolée en regardant les épreuves en direct.

Visionnez les épreuves de sprint en cliquant ici. Ça vaut la peine. Elles vous donneront un aperçu de l’éventail d’athlètes – assis, debout, malvoyants – qui participent aux épreuves paralympiques à l’échelle internationale dans un contexte très dynamique.

Si vous n’avez que quelques minutes, sautez à la finale des hommes malvoyants. À environ 1:57:00, vous verrez le canadien Brian McKeever, roi du ski paranordique, faire une chute puis regagner le terrain perdu pour remporter l’OR. Incroyable! Bravo Brian et son guide, Graham Nishikawa.